Une ville. Deux groupes. Le Bordel total.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il pleut, il pleut bergèreuh .. (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Il pleut, il pleut bergèreuh .. (libre)   Mer 1 Oct - 19:40

Chaud, trop chaud. Et trop sommeil. Et trop faim. Bref, pas au sommet de sa forme.
Chaud, à cause du temps, principalement. Pas qu’il y ait un soleil de plomb, mais plutôt que la chaleur était pesante, humide, désagréable. Un temps qui présageait l’orage. Un petit vent frais ne lui aurait pas déplu, mais elle était bloquée dans une salle de classe aux fenêtres soigneusement fermées. Et sa perruque n’arrangeait pas les choses, les longs cheveux noirs entourant son visage la faisant encore plus étouffer. Il fallait qu’elle sorte.
Sumie tapota sur le banc, impatiente comme tous les élèves que la cloche retentisse. Le professeur de japonais la regarda d’un œil mauvais, mais ne dit mot. Trois, deux, un .. Driiing ! Sonnerie de midi. L’heure de manger.
S’emparant de son sac, elle sortit en trombe, lançant un au revoir inaudible avec la tête baissée. Direction le magasin le plus proche pour acheter un sandwich, et ainsi satisfaire son désir numéro trois sur sa liste : manger.
Ceci fait, elle décida de flemmarder dans le parc, se promenant au hasard, fermant ses yeux cernés au moindre souffle de vent. Sommeil, oui. Au soir, une mélodie lui était venue en tête. Commençant à la jouer à la basse, elle avait viré vers le piano pour des accords et une mélodie plus fouillée. Finalement, elle était restée penchée sur l’instrument et des feuilles pleines de notations jusqu’à l’aube. L’école n’arrangeait pas son état pâteux. Rien qu’à l’idée d’avoir encore trois heures de cours soporifiques, elle avait envie de dormir. Elle décida de sécher, pas la peine de s’imposer une torture de plus. De toute façon, avec tous les cours qu’elle ratait, ce n’étaient pas une demi-journée qui allait changer sa vie.
Sumie s’arrêta alors pour s’asseoir sur un banc libre. C’était tellement plus agréable ici que sur une chaise d’école .. Ses yeux se fermèrent lentement. Elle s’endormit.

De l’eau. Des gouttes de pluies, en fait. Ouais, il pleuvait. Très fort.
Comme électrocutée, Sumie se releva d’un bond du banc du parc. Le soir semblait être tombé alors qu’un coup d’œil sur sa montre indiquait qu’on était toujours dans l’après-midi. Cependant, l’obscurité était bien là, le soleil caché par de gros nuages sombres.
Grelottante dans son stupide uniforme de lycée à jupe plissée, elle quitta vite les lieux vers un endroit encore inconnu qui la mettrait à l’abri. Son appartement était trop loin, et elle était déjà tellement trempée qu’elle préférait ne pas prendre des risques supplémentaires à attraper la crève.
Courant à travers les rues tokyoïtes, elle trouva finalement refuge dans un petit café et entra dans le bâtiment pour s’asseoir dans un coin. La lumière crue des lieux lui faisait mal aux yeux et elle mourrait de froid, son corps parcouru de frissons. Et la faim lui déchirait le ventre.
Une femme aux allures de bodybuildeuse vint à sa rencontre, les yeux emplis de pitié, et prit sa commande : soupe à la tomate. Tandis qu’elle attendait le plat, la demoiselle regarda son reflet dans le dos d’une cuillère. Elle faisait en effet peine à voir : ses cheveux dégoulinants, ses joues rosies par le froid mais ses lèvres bleues, les vêtements aussi trempés que si elle s’était jetée toute habillée dans une piscine. Un petit air de chat perdu sur le visage. Et, horreur : de nombreuses mèches bleues qui dépassaient de sa perruque mal ajustée.
Coup d’œil aux alentours pour évaluer le danger. Une mère fatiguée et son gamin hystérique qui faisait un montage avec les pots de sel et poivre, un vieux avec une barbe de trois jours, quelques fonctionnaires, un groupe d’adolescents moroses très banals. Aucun risque en vue.


« - Hey, tu ne serais pas du même lycée que nous ? Viens donc nous rejoindre ! »

Voix enjouée d’une jeune fille qui n’avait pas l’air de l’être.
La bassiste se demanda un instant si c’était à elle qu’on avait parlé, mais qui d’autre ? Et c’est avec horreur qu’elle se rendit compte qu’elle portait bel et bien le même uniforme que les jeunes attablés un peu plus loin. Gros danger, lumière rouge.
Sumie se releva, dos aux adolescents. Elle ne voulait pas que toute l’école soit au courant de son déguisement. Elle préféra la fuite.


« - Désolée, je dois y aller. »

La panique pointait dans sa voix. Sumie se dirigea vers la porte d’entrée – et donc de sortie – à la quatrième vitesse, déjà rassurée à la pensée d’être dehors, oubliant momentanément le mauvais temps.
Mais il y avait quelques petites choses qu’elle n’avait pas trop prévu.
Tout d’abord, notre souleveuse de poids transformée en serveuse lui apportait sa soupe. Peut contente de voir sa cliente s’enfuir, elle se dirigea vers elle, bol de soupe devant son visage, lui sommant d’au moins payer la tomate gaspillée. Se retournant pour voir où la jeune femme se trouvait par rapport à elle (pour savoir si elle avait le temps de s’enfuir ou s’il elle serait rattrapée avant d’avoir franchi la porte), Miss Imako ne vit donc pas que quelqu’un entrait juste à ce moment dans le café. Évidemment, il fallut qu’emportée par son élan, elle cogne la personne de plein fouet, ricochant comme un ballon pour finir sa course sur la serveuse qui lâcha donc le bol de soupe sous le choc.
Sumie atterrit par terre. La soupe à la tomate lui atterrit dessus. Cool.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il pleut, il pleut bergèreuh .. (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il pleut ! Il pleut ! Bergèèèèère [Flashback][Bard]
» [Terminé]Il pleut, il pleut bergère... ? [Pv : Elena]
» Il pleut dedans, restons dehors ! Euh, non attends...
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Town Dreams :: ஐ Épilogue ஐ :: { Les Archives }-
Sauter vers: